Message sur le Forum
Forum

Les groupes de parole

L’insupportable sentiment d’isolement, la dépression, la honte et la culpabilité accompagnent les comportements alimentaires pathologiques.

La première démarche importante est donc de se décider à en parler.

Ce peut être bien sûr au cours d’une cure psychanalytique ou d’une psychothérapie individuelle, mais la notion de « groupe » a, ici, un intérêt tout particulier.

En effet, si chaque patient a une histoire particulière, il n’en est pas moins vrai qu’il va reconnaître dans le témoignage de l’autre un ensemble de symptômes, de douleurs, de déviance du comportement qui lui rappelle ce qu’il est justement en train de vivre.

L’isolement est rompu. Il va pouvoir objectiver sa douloureuse aventure en écoutant l’autre raconter son propre malheur et raconter à son tour ce qui fait si mal, sans craindre le jugement des membres du groupe puisqu’ils vivent tous plus ou moins la même chose. Il peut y avoir deux sortes de groupes de paroles :

  • Les groupes de paroles à visée psychothérapeutique animés par un thérapeute qui est là pour bien faire circuler la parole dans le groupe, permettre à chacun le retour à son autonomie et recevoir les débordements éventuels liés aux récits difficiles.
  • Les groupes autogérés où le groupe n’a pas de thérapeutes pour animer les débats mais qui s’articulent autour des témoignages de chacun, avec comme garant du fonctionnement, l’expérience des plus anciens, selon le modèle des « Alcooliques anonymes ».

Les groupes se réunissent pour des séances en général bimensuelles d’une durée d’une heure et demie à deux heures.

Partagez Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur GooglePlusPartager sur PinterestPartager sur Linkedin