Message sur le Forum
Forum

Alice

Bonjour je suis Alice

J’ai 24 ans et j’ai mal. Je suis grosse je mange sans compter et sans fin depuis que j’ai 14 ans je rêve d’être mince très mince ; et je suis grosse très grosse. Lorsque cela me prend je ne peux m’empêcher il faut que je mange tout du pain, des gâteaux, de la viande, du riz, n’importe quoi de bon puis je me sens pleine c’est presque jouissif puis je me sens mal j’ai honte de m’être goinfrée comme un porc incapable je suis de vomir cette nourriture que je ne désire plus en moi que je déteste.

JE PESE 85 KILOS POUR 1M72 je pourrais être jolie sans tout ce gras je pourrais être aimée sans tout ce gras. Je déteste mon corps et je suis sûre que jamais un homme ne m’aimera avec ce corps-là ; si j’étais boulimique jusqu’au bout ; jusqu’au vomissement, quitte à m’abîmer un peu la gorge je pourrais contrôler mon poids ; si j’étais anorexique je serais mince et on ne l’est jamais assez ; et quitte à mourir c’est une façon élégante de partir. Je sais je vous choque je réalise l’absurdité de mes propos mais je le pense je préfèrerais souffrir mince que grosse.

De toute façon je souffre j’ai honte dans la rue je rase les murs ; depuis septembre j’ai tant grossis je n’ai plus que 2 pantalons a ma taille. Il faut que j’arrête de manger et c’est tellement dur, j’ai 25 kilos à perdre et encore j’aimerais peser 55 kilos ce serait bien. Etre ainsi me fait horreur encore plus dans le milieu ou je travaille : celui de la mode ; je sens bien que lorsque les mannequins me regardent elles me plaignent être si grasse certaine semblent même penser que c’est contagieux être grosse : -).

Pourtant j’aime mon métier de maquilleuse dans cet univers ou tous aspirent à la beauté physique; cependant être grosse me bloque énormément ; l’imaginez-vous!

Je dois maigrir : je ne vois plus mes amis ; je ne sors plus danser ; je ne veux plus m’amuser, j’ai honte de ce qu’est mon corps ; l’idée de faire du sport me semble exténuante ; je n’ai plus de courage et ma vie passe ainsi ; j’ai conscience de rater tant de moment de joie. Il faut que je trouve la force : depuis décembre je vois une psy c’est bon de parler.

Maintenant il faut que je me retrouve dans mon corps, mon vrai corps, celui que cache toute cette graisse.

Si ce contenu vous a intéressé, partagez Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur GooglePlusPartager sur PinterestPartager sur Linkedin