La boulimie

La boulimie est un trouble tabou, souvent mal connu. En effet, l’usage du terme est souvent utilisé à des fins de vulgarisation sociétale. La boulimie est pourtant une vague dévastatrice, symptôme d’un mal-être profond.
La boulimie, définition
La boulimie est un trouble du comportement alimentaire. Elle se caractérise par des crises, des pulsions incontrôlables durant lesquelles une grande quantité de nourriture est absorbée, dans un temps restreint et défini. Parallèlement, le sentiment de perte de contrôle et de dégoût de soi prônent.

Afin de compenser ces apports massifs, des comportements compensatoires sont mis en place. Vomissements, prise de laxatifs ou vomitifs, exercice physique excessif ou encore jeûne.
Les causes multifactorielles de la boulimie
Les causes de la boulimie sont multiples, complexes et propres à chaque malade. La boulimie résulte d’une combinaison de plusieurs facteurs. Ils sont psychologiques, sociaux, émotionnels, familiaux ou encore culturels. Ces facteurs sont très proches de ceux qui causent l’anorexie, ce qui explique parfois la combinaison ou l’alternance des deux maladies.
Symptômes et béquilles
Les symptômes prédominants de la boulimie sont les crises. Ces crises se caractérisent par des moments d’absorption colossaux de nourriture. Elles surviennent une à plusieurs fois par semaine, pendant plusieurs mois.

En parallèle, des symptômes tels que la perte ou la prise de poids notable, des habitudes alimentaires restrictives (comme l’exclusion d’aliments ou l’obnubilation pour des produits amaigrissants, détox) ou encore un exercice physique excessif, doivent alerter. Le changement d’humeur et de comportement (agressivité, léthargie..) sont également des symptômes prédominants chez les personnes atteintes de boulimie.
Quelles solutions face à la boulimie ?
Comme pour tout trouble, plus la consultation précoce, meilleure est la prise en charge. Cette prise en charge de la boulimie doit être pluridisciplinaire. La thérapie bien évidemment (individuelle, de groupe ou encore familiale), la prise en charge physique et médicale (carnet alimentaire, prise de sang, nutritionniste..) ou encore les thérapies douces au cas par cas (hypnose, art thérapie, sophrologie..). L’hospitalisation est également parfois nécessaire.

Boulimie : le réconfort avant l’effort

Les crises boulimiques sont loin d’être de tout repos. La souffrance sous-jacente à ce trouble du comportement alimentaire est puissante et bruyante. Les patients le disent : c’est un véritable marathon, une alternance entre effort infini et réconfort momentané.

AgHoRa

AgHoRa

Question : AgHoRa Depuis 9 ans je suis anorexique (les 2 premières années) puis boulimique depuis. Ça fait environ un...

Pourquoi la boulimie

Pourquoi la boulimie

La boulimie est à distinguer de l'anorexie, qui se caractérise par une grande restriction alimentaire, un refus de la...

La culpabilité

La culpabilité

La culpabilité est une des grandes amies de ce trouble alimentaire qu’est la boulimie. Elle est un mélange de...