Les thérapies comportementales et cognitives

Temps de lecture : 2 minutes

Les thérapies comportementales et cognitives, aussi appelées TCC, sont de plus en plus proposées dans les parcours de soin. En effet, elles sont un complément de soin de certains troubles dans une optique d’optimisation de guérison.

Les TCC, définition

Les thérapies comportementales et cognitives, aussi appelées TCC, sont une approche clinique particulière de soin. En effet, les TCC sont une application de la psychologie scientifique à la psychothérapie. Elles s’appuient sur une démarche scientifique expérimentale et sur les théories de l’apprentissage.

En réalité, les thérapies comportementales et cognitives sont des prises en charge actives de la souffrance psychique, basées sur des méthodologies expérimentales. Elles prennent donc en compte les comportements problématiques ainsi que les pensées et émotions associées.

Les TCC ont ainsi trois composantes.

  • La composante comportementale (le comportement de la personne et ce qui la conditionne)
  • Conjointe à la composante cognitive (le comportement n’est pas seul qui vaille, les pensées et les émotions sont une grande composante)
  • Associée à la composante émotionnelle (émotions, ressentis, pensées)

Les principes des TCC

Les thérapies comportementales et cognitives (TCC) combinent donc différentes approches thérapeutiques afin d’optimiser la prise en charge de certains troubles. Elles passent par l’affirmation de soi, l’apprentissage ou encore la relaxation.

Le premier principe des TCC est l’analyse du problème. En effet, un comportement déséquilibré, inadapté ou même problématique appris dans certaines situations peut être reproduit au quotidien. Il s’agit donc de mettre le doigt sur les déclencheurs de ces comportements compulsifs (crises, angoisses).

Le second principe des TCC est l’élaboration d’objectifs. Le thérapeute guide le patient dans l’élaboration d’objectifs et de stratégies adaptées. Cela se concrétise par des tâches précises à accomplir, tout en prenant en compte l’environnement de la personne dans son ensemble (situation professionnelles, environnement familial..).

Le troisième principe des TCC est alors l’apprentissage de nouveaux comportements. En effet, ces thérapies cognitives et comportementales sont fondées sur l’apprentissage de nouveaux comportements ou pensées. Ces derniers viennent remplacer les anciennes moins adaptées et à la base de déséquilibres.

Les TTC : quelles pathologies soignées ?

Les thérapies comportementales et cognitives sont généralement recommandées pour les personnes souffrant de troubles anxieux (stress, crises d’angoisses, phobies), de troubles sexuels ou relationnels, de troubles obsessionnels compulsifs, de dépression, d’addictions (alcool, médicaments) ou encore de troubles alimentaires (boulimie, anorexie, hyperphagie).

Les TCC ont cette particularité en laquelle elles ciblent un trouble précis. Elles interviennent sur un mal-être défini et mis à jour. En effet, les TCC ont été conçues pour optimiser la prise en charge de patients souffrant d’anxiété et de phobies, de troubles obsessionnels et de dépendances.

Les thérapies cognitives et comportementales s’inscrivent alors parfaitement dans le parcours de soin des personnes atteintes de troubles du comportement alimentaire : boulimie, anorexie, hyperphagie, orthorexie..

Comment se déroule une TCC ?

Dans un premier temps, le thérapeute est à l’écoute des difficultés que rencontre le patient. Le thérapeute effectue un recueil d’informations, une évaluation des symptômes et des circonstances d’apparition de ces symptômes (environnement, facteurs personnels).

Dans un second temps, le thérapeute définit avec le patient des objectifs à atteindre, souvent via des exercices, des tâches à accomplir. Cela a pour but d’établir un agenda de modification progressive du comportement, par effet de déconditionnement et de reconditionnement.